“… Je suis révolté par la tétanie collective dans laquelle nous sommes plongés, révolté par l’inconscience de nos gouvernements, le pouvoir de changer les choses est à portée de nos mains.”  
Bertrand, 28 ans, fonctionnaire.


“J’ai tout fait : marche, pétition, politique… là il faut être à la hauteur de l’urgence. Entrer en résistance civile n’est pas seulement un droit, c’est aussi un devoir.”
Sacha, 22 ans


Je me suis rendue compte que je n’avais pas d’autre choix que de rentrer en résistance civile si je tenais à avoir
un avenir viable.
” 

Alizée, 23 ans